Lengua lorenesa

De Wikipedia
Va a: navegá, truvá
Lumbard ucidental Quest articol chì l'è scritt in milanes, ortografia classega.
Carta de tutt i lengov d'oïl

El Lorenes (Lorrain in frances; Lorin in vallon) a l'è ona lengua d'oïl parlada in de la region francesa de la Lorena e in d'ona quai zòna de la Vallònia (indove l'è ciamaa gaumais).
El gh'ha di form lenguistigh arcaigh respett al Frances, compagn de la conservazion di africaa (tchaté per château, per esempi) e 'l presenta di influss di parlad germanigh francon. I dialett parlaa in de l'Alsazia hinn ciamaa welche, cont on nòmm de origin germaniga che 'l voeur dì minga germanegh, diffarent, stramb,e che poeu l'è devegnuu on moeud de ciamà quij che parla ona lengua latina (varda anca el nòmm polacch de l'Italia, cioè Włochy).

Al dì d'incoeu el Lorenes l'è a ris'c de sparizion, anca se l'è studiaa semper pù di lenguista. Sia in Francia che in Belgi l'è classificaa e reconossuu 'me lengua regional.

Variant[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

L'osservatòri lenguistigh Linguasphere 'l dis che a gh'è sett variant del Lorenes:

Esempi de lengua[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

Parabola del Fioeu Trason in d'on quai dialett del Vottcent[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

In home avot doux afants.
Lo pus jogne déheu ai so père: "Mo père, bayioz-me ci que me revenreu de vote bin!" et lo père les y fit lo partaige de so bin.
Queques jonées aiprès, lo pus jogne de ces doux afans, eyant remessé tortot ce que l'avot, s'en ailleu bin lon dans in payis étrainge, d'où qui dissipeu tortot so bin en débacheries et en libertinaiges.
Aiprès avoit tortot dépensé, eune grande faimine airriveu dans lo payis lai, et i commenceu à cheur dans lai necessité.
I s'en ailleu donc et entreu à service d'in des haibitants dy payis, que l'anvoyeu ai sai mahon des champs po y voidi ses pouchés.
L'airottu bin ach de rempli so van e des caffes que les pouchés maingienent, ma nissan eun ly en bayio.
Enfin, en rentrant en lu-même, i se déheu: '"Combin qui n'y eu de valats cheuz mo père, qu'ont pus de pain qui ne ly fa, et meu, je mieux de faim toceu!
I me fa lever, aller trover mo père et ly dieure: Mo père, j'a peuchi contre lo ciel et contre vos.
Et je ne seum digne d'ête hoï vote feu; tratioz-me comme in des valats que sont ai vos guègues".
I se leveu dont et s'en ailleu trover so père; et quan l'âtot ca bin lon, lo père l'aipperceveu, so cœur fut touchi de compassion, i coreu se jeter ai so co et lo baheu.
Et so feu ly déheu: "Mo père, j'a peuchi contre lo ciel et contre vos, et je ne seum pus digne d'ête hoï vote feu".
Alors lo père déheu ai ses valats: "Apountioz sai preumère robe, behioz-lo, ai matoz-ly eune bague à doïe et des solés ai ses pieux.
Amounoz tocen lo vé gras, et touoz-lo, maingeons et fayions fricot!
Car mo feu âtot moua et l'ast résuscité; l'âtot pédiu et l'ast rétrové". I començainent don ai fare lo fechtin.
Portant so feu ainé, qu'âtot dréha les champs, reveneu; et quand i fut proche de lai mahon, l'oyeu lo son des instruments et lo bru de ço queu dansinent.
I hoïeu in des valats et ly démandeu ce que l'atot.
Lo valat ly répondeu: "Ç'ast que vote frère ast revenu, et vote père eut toué in vé gras, parce qui lo revoit bin poutiant".
L'en fut si fachi qu'i ne vlomme entrer dans lai mahon; ma so père sateu fieu po l'en priyir.
Lat ly répondeu: "Val bin des années que je vos serve, ei jaimas je ne vos a désobehi en rin de ce que vo m'oz comandé, ai pourtant vos ne m'oz jaimas bayi in boquin por régaler mes aimis.
Tandis que dès que vote aute feu, qu'eut maingi vote bin avou des fommes libertines, ast revenu, vos oz toué por lu in vé gras".
Lo père ly déheu: "Mo feu, vos âtes tojors avou meu, et tortot ci que j'a ast ai vos;
Ma y falot fare in fechtin et no réjoui, parce qui vote frère âtot moua et l'ast resuscité, l'âtot pédiu et l'ast retrové".
Mémoires des antiquaires de France, pag. 472

Alter variant[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

  • Onville: Ain houmme aiveut daoz offans. Lou pus jonne des daox déheu ai se paire: "Papa, baylleuz-me ce que deut me revenain de vote bain!" et le paire ly ao féyeu le pairtaige de se bain. Pao de jous aipré, lou pus jonne de ces daoz offans, ayant réméssay tourtout ce que l'aiveut, sé enolaye dans ain pays étrainge bin long, osse qué le dépainaye tourtout se bain en excès et en débauches.
  • Vaudémont: Ein hamme aivat dous gachons. Lo pus jane djet ai so père: "Mo père, bayiez-me lai pai qué dot m'erveni ed vot bin!" et lo père lo zy pertaiget so bin. Queuques jonaies aipré, lo pus jane de ce dous gachons, aipré que lo rémésset tortot ce que l'aivat, s'an allet bin lon da les ates payis et li maingi tortot so bin da les fechtins et aivo les gourgandines.
  • Gérardmer: In hamme avout doux fés. Et lo pis jenne déhi di so père: "Mo père, denez-mé lai port de bé qué me revit!" et so père ly denet. Queiqué jos aispré, lo pis jenne, fet raimaisser tortot ce qué avout et n'allet dai in payis tant lan, et tolu el dépasset sé fortune an viquant da lai débauge.

Bibliografia[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

  • Jean Lanher, Les contes de Fraimbois, 1991. Recueil de contes humoristiques en lorrain.
  • Brondex & Mory, Chan Heurlin ou les fiançailles de Fanchon, éditions Serpenoise, Metz. Poème en patois messin en sept chants, illustré par Clément Kieffer.
  • Georges L'Hôte, Les fitabôles du pâpiche Contes de Lorraine-Moselle, Imprimerie Morin, Sarrebourg 1946.
  • Mory, D., Lo baitomme don piat fei de Chan Heurlin, Nouv. éd. par J. Th. Baron, Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie lorraine, Metz, XX, 1908, p. 121-151
  • Léon Zéliqzon, Dictionnaire des patois romans de la Moselle, éditions Serpenoise, Metz. Dictionnaire très complet et très sérieux sur une langue aujourd'hui presque disparue.
  • Patois de La Bresse, in Bulletin de la Société philomatique vosgienne, par J. Hingre (1903-1924).
  • Régis Watrinet, Patois romans de la Lorraine. Recueil d’expressions, proverbes, dictons, coutumes et traditions avec illustrations, imprimerie Léon Louis, Boulay, septembre 2008.

Legamm de foeura[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]