Lengua francucunteesa

De Wikipedia
Va a: navegá, truvá
Lombard Occidental Quel articul chì l'è scrivüü in Lumbard ucidental urtugrafia ünificada.


Divisiun dialetala de l'Alsazia in del XIX secul; el Francucuntees l'è de culur rösa
El corp de l'om in Francucuntees

El Francucuntees (nom nativ: frainc-comtou) l'è una lengua d'oïl süd-urientala.

Difüsiun e variant[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

El Francucuntees a l'è parlaa in Francia e in Svizzera e 'l cunfina cunt l'Arpitan, cun di parlà d'oïl (el Burgugnun, el Champenois e 'l Lurenes) e cun quela lengua germaniga che la respund al nom de Tudesch aleman.
In Francia l'è parlaa:

In Svizzera inveci l'è parlaa:

Per el Francucuntees a l'esist minga una grafia standardizzada (de norma la se dupera l'urtugrafia francesa), inscì 'me i sò parlant urmai hin propi poch. Però al dì d'incö gh'è una quai iniziativa per cercà de salvà quel che 'l pò vess salvaa.

Esempi de lengua[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

La parabula del Fiö Trasun in d'un quai dialet del Votcent[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

Dialet frances[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

  • Altkirch: In hamme aivait doux fés. Et lo pus juene dihait ai son père: "Bayie-me lai pait du bin que me revint!" et son père y a bayé sai pait. Queque jos aiprès, lo pus juene fis, ayant raimassai tot ço qué l'aivait, paiché et s'in allait din in pays bin loin, et li ai dissipai tote sai fouchune en vitient dain lai débache.
  • Giromagny: In houme avat doux boubes. At lo pus june dit à son paire: "Mon paire, bayie-me pas dy bain que me revint!" et son père ly baillit. Quaiques joues apré, lo pus june, ayant ramaissa tot ce qu'al ava, patehi at s'on arra dans in payis bain éloigné, où a mingea tot ce qu'al avat an vivant dans la débache.
  • Champagney: In homme avat dous boubes. Lo pus june dijit à son père: "Père, baille-me la pa de bin que me vint!" at ly patagi son bin. In peu de tems apré lo pus june, ayant tot ramaissa, pachi por in païs bin éloignié, at al y mingit tot son bin en viquant dans la débauche.
  • Vauvilliers: In homme aivoit doux guaichons. Lo pus jeune déjent ai so père: "Bayez-me lai paitie de mo bie!" et ly bayeu son paittaige. Quelques jous aipré, étant réunis, ce jeune guaichon se metteu en route por in pays bie lon, bie lon! Quand el y feut ait dapenseu tot ce qu'el aivoit en vivant aivo des coquines.
  • Vesoul: In home aivoit dus gaichons. Lou pus jeune dizit ai son pare: “Pare, beillaz-me las bins qu'i doi aivoi pou mè pa!” E lieux fezit lou peiteige de sas bins. Pè apré, lou pus jeune, ampontiant d'aiveu lu tout ce qu'èl aivoit, s'en aillait voyagie dans las pays bin loin, lei ou ce qu'è dapansi tout son bin en dabaucharies.
  • Champlitte: Ein homme aivot deux gassons. Le pus jeune dit ai son père: “Paillaiz-mai ce que dot me revenin de votre bien!” et le père lo pataigeai son bien. Queque jos aprés, le pus jeune de ces deux enfans, raimassai tan ce qu'el aivot, et s'en allait en ein paï d'aitreinge, bé loin; là vou ai dissipait son bien, en gourmandises et en daibauches.
  • Besançon: Un houme aîvat doux offants. Dont lou pei juène dîset ai son père: “Père, baillame ce qui me doit revnir de vouète bin!” et lou père liou fit lou paithiaige de son bin. Peu de jous aiprè, lou pei juène de ças dous offants, ayanc raimassa tout ce qui l'aira s'en ollait dans en pays aitrange, bin loin, où y dissipet tout son bin en deibauches.

(funt: [1])

Dialet svizzer[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]

  • Val de Délémont: En y aivait in hainne qu'aivait doux fés. Le pus djuene diét ain son paire: “Mon paire, bayiez-me le bin qu'ai me revint po mai pai!” et j'y pairtaidjé dinch ses bins. Ainne pére de djos apré t'hiain le pus djuene fét eu tot raimessai et s'en allet per les pays, e j'y dissipait son bin en vithiain en gros.
  • Franches-Montagnes: In hainne aivait doux affains. Le pus dzuene diét ai son père: “Mon père, bayiez-me ce qu'ai me revint de vot bin!” et le père y pairtaidjet son bin. Quéque djoué aipré le pus dzuene de ces doux affaind raimésset tot ce qué l'aivait et s'en allet bin loueain, voù et dépendet tot son son bin en debadche.
  • Bienne: Ain homme aive dos fils. Le pieu geoveunne dés dos préya son père de gli baillie la part qu'él pouvait prétèder à s'n hértage. Et s'étant retira de près de gliou, él alla dai on pahis liai, ivoé él dépeinça jo son bein avoé dès fénnés débautschies.
  • Diesse: Enn home avie dos bouebes. Le pieu tsgeuvène des dos préya son père de gli baillie son drait de bain qu'él poyive prétendre de sen hirtatsge. Et él se retira de ver gli et alla dain on pays égliaise ivoé él dépessa tot son bain en véquéçant avoé des fennés debeutschées.
  • Courtelary: In home ayant doux fés. Le pieu geovenne dés doux praïa son pére de li baillie la pert qu'al poïait prétodre à son hartaige. Et s'étant retirie de devar liu al alla dai in païs bin lien, youest al consuma tot son bin en vivant avo des fonnes débautschies.
  • Tavannes: Un home avait dous bouebes. Et le pu djuene dit à son père: «Mon père, baïe-me le drat de mon bin que me dat venir!» a pe ei a partadji ses bins. A pe quêque djou après, le pu djuene des bouebes, quand al a eu tot ramaissai, a so on allai feu de son iue dan un pays bin lein, a pe déquepeïa tot son bin en vivant dans la bonne tchéa.

(funt: [2], [3] e [4]

Ligam de föra[Mudifega | mudìfica 'l sorgènt]